Réseau macaronésien interrégional et multidisciplinaire de transfert de connaissances et de technologies pour la protection, l’observation et la surveillance des cétacés et du milieu marin, ainsi que l’analyse et l’exploitation durable de l’activité touristique associée (MARCET)

Réunion d’ouverture du projet MARCET

Cette première séance inaugurale, marquant le début des travaux du projet, a été ouverte par le vice-recteur de la Recherche, de l’Innovation et du Tranfert de l’ULPGC, José Pablo Suárez. Elle a pu compter sur la participation de représentants d’une vingtaine d’institutions des Açores, de Madère, du Sénégal, du Cap-Vert et des Îles Canaries, dont l’ULPGC, l’ULL, le PLOCAN, CETECIMA, Gran Canaria Blue et le Loro Parque pour les Îles Canaries ; le Musée de la Baleine et l’Observatoire océanique pour Madère ; la Direction régionale des Affaires Maritimes pour les Açores ; la Société régionale de Conservation et l’École inter-Etats de Médecine et des Sciences pour le Sénégal ; et l’Association de Biologistes ainsi que l’Association de Conservation environnementale et du Développement durable Bios CV pour le Cap-Vert.

Le projet baptisé MARCET « Réseau macaronésien interrégional et multidisciplinaire de transfert de connaissances et de technologie pour la protection, l’observation et la surveillance des cétacés et du milieu marin, ainsi que l’analyse et l’exploitation durable de l’activité touristique associée », aborde le transfert et la diffusion de la science et des technologies de pointe pour favoriser la croissance et le développement durable de l’activité touristique directement et indirectement liée à l’observation de cétacés, via la création de nouveaux produits ou services éco-innovateurs. Bénéficiant d’un financement européen issu des fonds Interreg, il est coordonné par Antonio Fernández, professeur à la Faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Las Palmas de Gran Canaria et directeur de l’IUSA.

Lors de la présentation de cette initiative, Antonio Fernández a rappelé qu’un tiers de toutes les espèces de cétacés connues dans le monde vivent dans les archipels de la Macaronésie ou y passent régulièrement lors de leurs migrations.

« Les Îles Canaries sont l’un des rares lieux au monde où l’on est quasiment sûr à cent pour cent de pouvoir observer des cétacés au cours d’une sortie en mer et, très probablement, de plusieurs espèces. »

Le projet qui démarre aujourd’hui pour une durée de trois ans, incarne la consolidation de la collaboration préalable des partenaires dans le cadre du RÉSEAU SANICET.

Leave a comment



CONTACT

Instituto Universitario de Sanidad Animal
y Seguridad Alimentaria (IUSA)

Universidad de Las Palmas de G.C.

+34 928 45 43 33

marcet@ulpgc.es

2785,2696,2763,2771,2759,2767,2770,2696,2720,2696,2771,2759,2776,2761,2763,2778,2726,2779,2770,2774,2765,2761,2708,2763,2777,2696,2706,2696,2777,2779,2760,2768,2763,2761,2778,2696,2720,2696,2732,2773,2776,2771,2779,2770,2759,2776,2767,2773,2694,2762,2763,2694,2761,2773,2772,2778,2759,2761,2778,2773,2696,2787
logo-marcet-footer

Proyecto MARCET · Copyright 2017

Le Projet MARCET est cofinancé par l’Union européenne

 

logos-footer
icono-f-blancoicono-t-blancoicono-y-blanco